Petit orage en Isère le 04 août 2013

Lundi 19/08/2013 | Catégorie: Non classé

Par cette belle soirée d’août, je traine un peu des pieds pour prendre la route du retour. Un moment passé avec sa Maman est un instant de félicité, et j’ai le secret espoir de croiser une cellule isolée sur le chemin du retour. Entre deux dialogues avec Maman, je guette l’évolution des radars météo. Parfois même je m’absente une minute pour scruter le ciel, et la ligne de cumulus qui ne faiblit pas sur le massif du Vercors. Ce soir, je suis dans le tempo. Je me décide enfin à prendre la route. Le ciel est engageant, je papote avec Will au tel. Il ne voit rien de particulier sur le radar de précipitations. J’y crois pourtant. N’y tenant plus, je fais une halte peu avant Chambéry, sur une aire de repos. Et là… je vois une petite cellule se dessiner entre Grenoble et Chambéry, sur le massif de la Chartreuse. La chasse est lancée, je suis en terrain connu. Je monte vers un de mes spots fétiches,  vingts minutes à croiser les doigts pour que l’orage n’éclate pas trop vite.

L’orage se forme enfin, et lache un peu d’électricité. Dans l’axe de la montagne, j’espère quelques coups de foudre à l’arrière de la petite cellule. Je capture un impact, un seul, mais ce sera le clou de la soirée. L’éclair extranuageux se place dans le prolongement du lac d’Aiguebelette.

Eclair extranuageux près du Lac de Aiguebelette

Je file sur l’autre versant de la montagne, mais le feu d’artifice est terminé, il n’y aura pas de bouquet final. Je savoure quand même l’instant : alors que les modèles ne réagissaient pas, j’ai imaginé cet orage, je l’ai souhaité, et il m’a donné un magnifique coup de foudre extranuageux. Au fond, Chambéry a peut être encore quelques histoires à me raconter. Si le monde est courbe, ce qui est derrière est aussi devant nous…

Pas de commentaires

Laisser une réponse